30 agosto 2009


Delusione e scoramento seguiti all'improvvisa cancellazione del 'suo' Festival de l'Alambic Electrique - doveva essere la prova d'appello dopo la sfortunata edizione del 2005 - gli sono probabilmente risultati insopportabili. Così gli amici interpretano il suicidio pochi giorni fa di Thierry Leroy, appassionato conoscitore di Zappa, Magma, 'scena di Canterbury' e sostenitore in Francia delle loro musiche (fu l'etichetta da lui fondata, KZL, ad accompagnare a inizo anni novanta il ritorno dei Gong con l'album Shapeshifter). Lo ricordano sul web collaboratori e musicisti, e tra questi i membri del gruppo zappiano Les Fils de l'Invention:
"Notre ami Thierry Leroy a mis fin à ses jours dans la nuit du lundi 17 au mardi 18 août. Le 5 août, il annonçait par voie électronique que la deuxième édition du festival l'Alambic Electrique, dont il était la cheville ouvrière, était annulée pour raisons financières. Depuis, il était injoignable au téléphone. Camarade joyeux, volontiers persifleur, Thierry était aussi parfois en proie à de terribles doutes. Il aura été un mélomane non seulement passionné mais aussi particulièrement actif. En 1990, il avait tenu l'antenne de la radio anarchiste Ici & Maintenant une bonne partie de la nuit du 21 décembre pour fêter les cinquante ans de Zappa. Nous préparions ensemble une publication intégrale du long interview en direct que le maestro lui avait accordé à l'occasion. Il nous avait fourni en 2004, pour la quasi-légendaire livraison 69+69 du Pingouin Ligoté/Libéré, un portrait informé et subtil de Dominique Chevalier alias Francis Vincent, l'un des premiers journalistes français à avoir défendu Zappa, mort dans l'oubli. Malgré la pluie, la première édition de l'Alambic Electrique, en 2005, avait été une belle surprise. Le projet de sa réédition en 2006 avait avorté et ce grand retour en 2009 était attendu avec enthousiasme. Outre Zappa, Thierry était aussi un grand amateur de l'école de Canterbury, de Magma et de Gong. Sa mort absurde nous attriste profondément et nous conforte dans l'idée que l'activisme culturel en faveur des musiques alternatives est plus que jamais un combat. "