04 marzo 2015


Si intitola One Night Stand lo storico documento sonoro che ritrae l'unica volta insieme di Robert Wyatt, Dave McRae, Gary Windo e Richard Sinclair, all'Upstairs Room di Ronnie Scott a Londra, la sera del 14 aprile 1973. E' anche l'ultima registrazione che riprende Wyatt alla batteria, prima della sua fatale caduta di lì a poche settimane, la sera dell'1 giugno. Philippe Renaud ne ha prodotto trecento copie in vinile per Improjazz, anticipando la versione in cd di cui si farà carico Gonzo Multimedia. Alla sua realizzazione ha lavorato strenuamente Michael King, recuperando al meglio la registrazione del concerto, effettuata con un registratore a cassetta monofonico portato casualmente da Sinclair - che quella sera sostituiva al basso Ron Mathewson - e appoggiato al banco del tecnico del suono in fondo alla sala. Del concerto, e del ritrovamento di quella audiocassetta, King scrive la storia nelle note dell'album. E c'è l'apporto anche di Pamela Windo, che ha scelto titolo, font, colori e immagine di copertina.

Denis Desassis scrive per Maître Chronique: "Comme le souligne bien Michael King dans les notes de pochette, l’archive présente d’autant plus de valeur qu’elle constitue une des rares occasions d’entendre Gary Windo (décédé en 1992) dans le cadre d’une petite formation, et qui est ici à son meilleur, rageur et brûlant au saxophone ténor. Surtout, les quelque 45 minutes d’enregistrement montrent à quel point les quatre musiciens, qui évoluent dans un état de liberté propice à un épanouissement spontané de leur créativité que le disque restitue avec bonheur 42 ans plus tard, semblaient jouir de la faculté de former, distordre et reformer à leur guise, avec une infinie souplesse, la matière sonore par leurs échanges et leur écoute respective. Wyatt, pas plus que MacRae, Windo ou Sinclair, ne paraît vouloir tirer la couverture à lui et le free jazz - terme commode qui veut dire ici que la musique jouée n’est pas écrite - que les quatre inventent résonne des échos de leur passé récent: Soft Machine (période 4) ou Matching Mole (la paire Wyatt-MacRae brille, comme on s’en doute), quand il ne prend pas ça et là par le jeu de basse les couleurs du Caravan que Sinclair a quitté l’année précédente (celui de Waterloo Lily), ou ne glisse pas vers des climats caribéens presque inattendus et fonctionnant à la façon d’une respiration joyeuse (sur la face B). One Night Stand est l’expression d’un mouvement fusionnel, d’un acte collectif dont la forme est par essence unique parce qu’éphémère."

https://sites.google.com/site/improjazzmag/home
http://maitrechronique.hautetfort.com/tag/wmws